Les idées mènent le monde. Les Jeunes Pour la France, mouvement de jeunesse parrainé par Philippe de Villiers, en sont conscients. Le combat culturel nécessite une formation continue, de tous les instants, afin d’échapper aux affres du politiquement correct, de la déconstruction et de l’oubli.

Français et fiers de l’être, nous revendiquons notre attachement viscéral aux réalités charnelles et spirituelles bâties et défendues par nos ancêtres. Nous sommes des héritiers. Cet héritage à préserver se trouve dans la silhouette de nos clochers, dans les chemins de nos vignobles, dans la pierre de nos bâtisses, dans le bronze des statues et des canons; mais également dans l’encre et le papier.

Les ouvrages suivants, historiques, politiques ou polémiques, forment en quelque sorte la bibliothèque idéale des Jeunes pour la France.

Avertissement : La pensée exhaustive des auteurs recommandés n’engage en rien notre mouvement. 

Connaître l’Histoire de France

saintlouisroman

  • Bainville (Jacques), Histoire de France, 1924

Jacques Bainville (1879-1936), journaliste et historien féru de questions internationales, livre là un ouvrage d’anthologie. Se trouvent expliqués, avec une rare limpidité et une plume vivante, les causes et effets qui, des origines de la Gaule jusqu’à la Grande Guerre, ont fait de la France une grande nation.

  • Beaune (Colette), Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985; rééd. coll. « Folio-Histoire », 1993

Universitaire, Colette Beaune s’est spécialisée dans l’imaginaire royal et national de la France de la fin du Moyen Âge. Le présent ouvrage, qui a connu un vif succès, est le fruit des travaux réalisés à l’occasion de sa thèse de doctorat. On se plonge avec plaisir dans les origines du sentiment d’appartenance.

  • Beaune (Colette), Jeanne d’Arc, vérités et légendes, éd. Perrin, Paris 2008

Jeanne d’Arc, libératrice du sol, héroïne nationale, sainte catholique, occupe une place de choix dans la conscience collective française. Elle fit – et fait toujours – l’objet de bien des fantasmes. Colette Beaune déroule ici la pelote des mythes entourant l’épopée johannique.

  • Heers (Jacques), Le Moyen Âge, une imposture, Paris, Perrin, 1992

Obscurantiste, le Moyen Âge ? Les mythes et erreurs relatifs à cette longue période historique sont légion. Grand historien médiéviste, Jacques Heers s’attache à pourfendre les idées reçues, et rend justice à nos ancêtres.

  • Viguerie (Jean, de), Les Deux Patries, essai historique sur l’idée de patrie en France, Dominique Martin Morin, 1998

La Patrie est-elle née en 1789, en même temps que les droits de l’Homme, à l’aube du grand bouleversement révolutionnaire ? Pour Jean de Viguerie, la réponse est non. La terre des pères, jadis charnelle et allégorique à la fois, était bien connue sous nos rois. Puis, à partir des Lumières, le mot changea de sens; la patrie devint hors-sol et fut instrumentalisée à l’aune des idées nouvelles. Un ouvrage décapant qui revient sur le sens véritable d’un mot fondamental.

  • Viguerie (Jean, de), Histoire du citoyen, Via Romana, 2014

« Citoyen », ce vocable est utilisé à toutes les sauces, tantôt comme substantif, tantôt comme adjectif. Il a envahi notre champ sémantique. Jean de Viguerie revient ici aux origines de la conception française du citoyen, lors des journées de juillet 1789, jusqu’au début du XXème siècle. Un voyage dans l’histoire des idées.

  • Sévillia (Jean), Quand les catholiques étaient hors-la-loi, Perrin, 2005

Fréquemment saluée par les thuriféraires d’une prétendue « laïcité apaisée « , la loi de 1905 séparant les Églises et l’État s’inscrit, en France, dans un contexte d’anticléricalisme violent. Jean Sévillia livre ici une brillante chronique d’évènements trop souvent oubliés.

  • Martin (Xavier), Sur les droits de l’homme et la Vendée, DMM, 1995

Comment la République des Droits de l’Homme a-t-elle pu commettre, dans la Vendée insurgés, des crimes d’une barbarie inouïe ? Faut-il y voir un accident, une déviance ? Xavier Martin rappelle la cohérence du génocide vendéen dans la pensée révolutionnaire, issue du contractualisme rousseauiste. Refusant les « lumières » de la fin du siècle, les insurgés vendéens étaient latae sententiae exclus du contrat social. Dé-socialisés, déshumanisés, il ne restait plus à la République jacobine qu’à détruire la Vendée, ce « chancre qui dévore le coeur de la République  » selon l’expression du conventionnel Barère. Un ouvrage bref et stimulant, extrêmement sourcé.

  • Le livre noir de la Révolution française, Cerf, 2008

Un ouvrage collectif très riche, abordant une par une les pages sombres d’un évènement fondateur de la vie politique et sociale moderne. D’une rare exhaustivité.

  • Pichot-Bravard (Philippe), La Révolution française, Via Romana, 2014

Préfacé par Philippe de Villiers, cet ouvrage est le fruit des recherches d’un historien du droit. M. Pichot-Bravard s’est attaché à retracer le fil rouge d’une Révolution qui, dès ses premières heures, fut une entreprise de régénération.

  • Sécher (Reynald), Le génocide franco-français : La Vendée-Vengé, PUF, 1986; rééd. Perrin, 2006

Un pavé dans la mare : la thèse de Reynald Sécher fait toujours polémique. Il fut le premier à oser, documents à l’appui, qualifier de « génocide » les massacres perpétrés par les troupes républicaines en Vendée insurgée en 1794.

  • Deswarte (Marie-Pauline), La République organique, Via Romana, 2014

Les principes organiques du droit naturel irriguent traditionnellement l’ordre politique des sociétés européennes. En France, depuis deux siècles, il en va autrement de notre ordre constitutionnel. Professeur émérite de droit public, Mme Deswarte s’interroge ici sur l’incapacité de notre droit constitutionnel contemporain à défendre une société de vie.

  • Genevoix (Maurice), Ceux de 14, 1949

Un ouvrage essentiel, haletant, pour comprendre l’enfer de la Grande Guerre, raconté par ceux qui la vécurent et la firent, pour que la France demeure.

  • Montéty (Étienne, de), Honoré d’Estienne d’Orves : un héros français, Paris, Perrin,‎ 2001

Officier de Marine, catholique, monarchiste, Honoré d’Estienne d’Orves fut le premier grand martyr de la France libre. Déterminé à défendre l’honneur du pavillon français et à restaurer la liberté de la Patrie, il rejoignit Londres puis fut envoyé en opération en zone occupée. Arrêté par les Nazis, il fut exécuté au Mont-Valérien en 1941. Un exemple immense, un ouvrage poignant.

  • Bonnecarrère (Paul), Par le sang versé, La Légion étrangère en Indochine, Fayard, 1968

Loin, très loin de la métropole, des hommes se battirent jusqu’en 1954 contre les communistes du Viet Minh. Le journaliste Paul Bonnecarrère signe ici un classique de la littérature militaire, à la gloire d’étrangers devenus Français par le sang versé, sous l’uniforme glorieux de la Légion.

  • Huguenin (François), Histoire intellectuelle des droites, Tempus, 2013

François Huguenin, spécialiste de l’histoire des idées, s’interroge sur les difficultés, à droite, de concilier autorité et liberté. Un ouvrage érudit, toujours d’actualité.

  • Chemain (Jean-François), La vocation chrétienne de la France, Via Romana, 2010

Enseignant en ZEP et auteur de Kiffe la France, Jean-François Chemain revient ici sur l’identité et la mission catholiques de notre pays, qui doit tant à l’Eglise; y compris la notion de laïcité.

  • À quoi sert l’Histoire ?, Actes de la XXIème Université d’été de Renaissance Catholique

Un ouvrage collectif permettant de revivre les conférences organisées par l’association Renaissance Catholique sur le sens qu’occupe la discipline historique dans notre société.

  • Badré (Vincent), L’histoire fabriquée : ce qu’on ne vous dit pas à l’école…, Le Rocher, 2012

Un palliatif aux lacunes dantesques des programmes officiels… À faire lire aux jeunes comme aux plus âgés.

  • Villiers (Philippe, de), Le Roman de Charette, Albin Michel, 2012

L’épopée du « roi de la Vendée », depuis son enfance jusqu’à son exécution à Nantes le jour de Pâques 1796, en passant par son enfance bretonne et ses exploits dans la Marine royale. Un fresque vivante et colorée en l’honneur de celui dont la devise était  » Combattu souvent, battu parfois, abattu jamais ! « 

  • Villiers (Philippe, de), Le Roman de saint Louis, Albin Michel, 2013

Roi de justice et croisé, Louis IX est le seul de nos monarques a avoir été canonisé. Philippe de Villiers voulait « déposer le vitrail » afin de peindre un monarque de chair, bien vivant. Le pari est réussi.

  • Villiers (Philippe, de), Le Roman de Jeanne d’Arc, Albin Michel, 2014

De Domrémy au bûcher de Rouen, voici dépeinte l’épopée d’une jeune fille dont le nom allait rimer avec la résistance française, suite au honteux traité de Troyes.

Comprendre les piliers de notre civilisation et de notre identité


  • Sophocle, Antigone (441 av. J.-C.)

L’éternel conflit entre la loi naturelle et un droit positif parfois injuste, voire cruel. Le fossé opposant Antigone à Créon, imaginé par le dramaturge grec Sophocle, est toujours d’actualité.

  • Grégoire de Tours, Historia Francorum (VIème s.)

Retour sur les premiers siècles du royaume des Francs avec, entre autres, le baptême de Clovis en 496, qui marqua la naissance de la France.

  • Chrétien de Troyes, Les Romans de la Table Ronde (XIIème s.)

L’amour courtois et les vertus chevaleresques furent au coeur de notre identité pendant des siècles. Des pages essentielles pour comprendre la mentalité médiévale.

  • Turold, La Chanson de Roland (XIIème s.)

Roland, neveu de Charlemagne et comte des Marches de Bretagne, mourut à Roncevaux (Pyrénées), attaqué par les Vascons. Le récit de sa mort héroïque fournit un matériau très important à la littérature médiéval, qui fit de Roland l’exemple du chevalier croisé.

  • Du Bellay (Joachim), Défense et illustration de la langue française, 1549

Le « Manifeste » fondateur de la Pléiade, en faveur du génie de la langue française.

  • Du Bellay (Joachim), Les Regrets, 1558

L’auteur angevin, depuis Rome, exprime son mal du pays et sa douleur de se tenir loin de la France. Citons les vers fameux :  » Plus me plait le séjour qu’ont bâti mes aïeux, Que des palais Romains le front audacieux, Plus que le marbre dur me plait l’ardoise fine, Plus mon Loire gaulois, que le Tibre latin, Plus mon petit Lyré, que le mont Palatin, Et plus que l’air marin la douceur angevine. « 

  • Corneille (Pierre), Le Cid, 1637

Un chef oeuvre de dramaturgie au coeur du grand siècle, autour du dilemme vécu par don Rodrigue, héros de la Reconquista espagnole.

  • Chateaubriand (François-René, de), Génie du christianisme, Migneret, 1802

L’auteur malouin défend la grandeur de la civilisation chrétienne dans une oeuvre apologétique mêlant considérations théologiques, morales, historiques, culturelles et artistiques.

  • Barrès (Maurice), La colline inspirée, 1913

 » Il est des lieux où souffle l’esprit « . Barrès, le patriote lorrain, écrit là un roman exaltant l’enracinement et la transcendance, la terre et les morts, la patrie charnelle.

  • Brague (Rémi), Europe, la voie romaine, 1992, rééd. NRF, 1999

Le philosophe Rémi Brague revient sur l’identité profonde de l’Europe, à savoir la romanité. Celle-ci consiste d’une part dans les principes judéo-chrétiens, et d’autre part dans les traditions issues du paganisme antique.

  • Braudel (Fernand), L’identité de la France, Arthaud, 1986

Une étude de grande ampleur sur la terre et les hommes, en France, sur le temps long.

  • De Jaeghère (Michel), Les Derniers Jours : La Fin de l’Empire romain d’Occident, Les Belles Lettres, 2014

Michel De Jaeghère, rédacteur en chef du Figaro Histoire et des hors-série du Figaro, analyse sous toutes les coutures la fin de l’Empire romain d’Occident, au Vème s. après Jésus Christ. Assurément l’évènement majeur du premier millénaire de notre ère.

  • Qui a peur du baptême de Clovis ?, Actes de la Vème Université d’été de Renaissance Catholique (1995)

Cinq siècles après le baptême de Clovis, roi des Francs, à Reims, le colloque de Renaissance Catholique revient sur cet évènement majeur et le manque d’intérêt dont il fut l’objet de la part des pouvoirs publics, plus prompts à célébrer le bicentenaire de la prise de la Bastille.

  • Europe ou chrétienté, Actes de la VIIème Université d’été de Renaissance Catholique (1998)

Cinq ans après le Traité de Maastricht, les orateurs et historiens réunis par Renaissance Catholique ont tenu à distingué l’Europe subvertie, c’est-à-dire l’Europe politique et intégrée de Maastricht, et l’Europe de civilisation, l’ancienne Chrétienté. 

  • Hazard (Paul), La Crise de la conscience européenne, Boivin et Cie, 1935

Historien des idées, Paul Hazard met en lumière la grande crise intellectuelle que connut l’Europe et accoucha de la modernité. Contrairement aux idées reçues, ce bouleversement ne débute pas au siècle des Lumières. La bataille est déjà close en 1715, et le monde des idées conquis par le rationalisme.

  • Dom Gérard, Demain la Chrétienté, Éditions Sainte-Madeleine, 2005

Dom Gérard Calvet (1927-2008), prieur et fondateur de l’abbaye Sainte-Madeleine du Barroux, dresse, à grands traits, le tableau d’une Chrétienté authentique, c’est-à-dire une société fondée sur l’enseignement de l’Eglise et respectueuse de la loi naturelle. Un idéal qui n’est pas figé dans le passé, mais plein d’avenir.

  • Coûteaux (Paul-Marie), Être et parler français, Perrin 2006

Paul-Marie Coûteaux, ancien député européen, pointe l’importance de la langue française au sein de notre identité et de l’exception culturelle nationale, de la monarchie à la République.

  • Villey, Le droit et les droits de l’homme, 1983, rééd. PUF, coll « Quadriges », 2009

Universitaire, philosophe du droit, Michel Villey s’appuie sur les fondements du droit romain pour récuser la légitimité de la rhétorique des droits subjectifs et autres droits de l’Homme.

  • Bellamy (François-Xavier), Les déshérités ou l’urgence de transmettre, Plon, 2014

Après des décennies de tabula rasa en Occident, François-Xavier Bellamy défend le concept d’héritage culturel et appelle la jeune génération à prendre en main le flambeau de la civilisation.

Promouvoir l’esprit de résistance

Philippe de Villiers recevant Alexandre Soljenitsyne

  • Saint-Marc (Hélie, de), Les Champs de braises. Mémoires, Perrin, 1995

Résistant, déporté, officier para de Légion étrangère, Hélie de Saint-Marc (1922-2013) servit la France en Indochine et en Algérie. Refusant de renier la parole donnée aux amis de la France, il entra en dissidence et fut puni. Le témoignage, sans fard et avec franchise, d’un homme d’honneur et de service.

  • Beccaria (Laurent), Hélie de Saint-Marc, éd. Perrin, 1989, rééd. « Tempus », 2008

Laurent Beccaria livre ici une biographie vivante du parcours d’Hélie de Saint-Marc, grand-croix de la Légion d’honneur.

  • Soljenitsyne (Alexandre), L’Archipel du Goulag, Seuil, 1974

Alexandre Soljenitsyne (1918-2008), dissident soviétique, secoua la chape de plomb occidentale en révélant à la face du monde la réalité concentrationnaire communiste.

  • Soljenitsyne (Alexandre), Une journée d’Ivan Denissovitch, Julliard, 1963

Publié en URSS en 1962, cet ouvrage dissident fut une déflagration remarquable. Pour la première fois, dans un périodique soviétique, le Goulag était dévoilé dans son horreur crue et sordide.

  • Rawicz (Slawomir), À marche forcée, 1956

L’auteur polonais décrit le gigantesque périple accompli à pied, depuis un bagne soviétique, jusqu’aux sommets de l’Himalaya, sur les sentiers de la liberté.

  • Villiers (Philippe, de), Le roman de Charette, Albin Michel, 2012

L’épopée du « roi de la Vendée », depuis son enfance jusqu’à son exécution à Nantes le jour de Pâques 1796, en passant par son enfance bretonne et ses exploits dans la Marine royale. Un fresque vivante et colorée en l’honneur de celui dont la devise était  » Combattu souvent, battu parfois, abattu jamais ! « 

  • Montéty (Etienne, de), Honoré d’Estienne d’Orves : un héros français, Paris, Perrin,‎ 2001

Officier de Marine, catholique, monarchiste, Honoré d’Estienne d’Orves fut le premier grand martyr de la France libre. Déterminé à défendre l’honneur du pavillon français et à restaurer la liberté de la Patrie, il rejoignit Londres puis fut envoyé en opération en zone occupée. Arrêté par les Nazis, il fut exécuté au Mont-Valérien en 1941. Un exemple immense, un ouvrage poignant.

  • Les hommes debout, Propos recueillis par Sabine Carion, éd. Du Toucan, 2010

Jacqueline de Romilly, Hélie de Saint-Marc, Jan Mojito, N’guyen Hy Suong, Wladislaw Bartoszewki : Sabine Carion a recueilli les témoignages de ces cinq combattants de la liberté, au XXème siècle.

  • Trémolet de Villers (Jacques), Jeanne d’Arc. Le procès de Rouen, Les Belles Lettres, 2016

Le célèbre et talentueux avocat pénaliste analyse et commente le procès inique de Jeanne d’Arc. Un regard juridique sur un épisode majeur de notre Histoire.

  • Sévillia (Jean), Quand les catholiques étaient hors-la-loi, Perrin, 2005

Fréquemment saluée par les thuriféraires d’une prétendue « laïcité apaisée « , la loi de 1905 séparant les Églises et l’État s’inscrit, en France, dans un contexte d’anticléricalisme violent. Jean Sévillia livre ici une brillante chronique d’évènements trop souvent oubliés.

  • Meyer (Jean), La Rébellion des Cristeros, CLD Editions, 2014

L’ouvrage de référence consacrée à l’insurrection des catholiques mexicains contre le gouvernement laïciste et totalitaire de M. Calles, dans les années 1920. L’occasion de revenir en détail sur une épopée immortalisée par le film Cristeros.

  • Notin (Jean-Christophe), Leclerc, Perrin, 2010

Le parcours exceptionnel de Philippe de Hautecloque, dit  » Leclerc ». Officier traditionnel, il incarnera à jamais la chevauchée de la 2ème DB et le panache du serment de Koufra en mars 1941 : « Jurez de ne déposer les armes que lorsque nos couleurs, nos belles couleurs, flotteront sur la cathédrale de Strasbourg ». Il tiendra parole.

  • Fontaine (Rémi), Sous le signe d’Antigone, éd. Contretemps, 2012

Rémi Fontaine publie ici un appel à la dissidence au service du bien commun, rappelant aux Français catholiques, mais aussi à tous nos compatriotes de bonne volonté, l’importance de respecter en politique les  » points non négociables  » : respect de la vie de la conception à la mort naturelle; promotion de la famille traditionnelle ; liberté éducative.

Défendre la famille et la vie

manif-pour-tous-foule

 

  • Mirkovic (Aude) et Le Pourhiet (Anne-Marie), Mariage des personnes de même sexe : la controverse juridique, Téqui, 2013

Professeurs de droit, les auteurs se penchent sur la funeste loi Taubira ouvrant l’institution du mariage aux couples de même sexe. Face à ce bouleversement anthropologique et de société, voulu comme tel par Mme le garde des sceaux, cet ouvrage rappelle avec clarté les fondements historiques du mariage français et les limites de ce projet de loi, qui, selon les auteurs, nécessite une révision constitutionnelle.

  • Mirkovic (Aude), PMA, GPA : la controverse juridique, Téqui, 2014

La procréation médicalement assistée (PMA) et la gestation pour autrui (GPA) sont des techniques d’apprentis sorciers au service d’une déviance juridique : le prétendu  » droit à l’enfant ». Professeur de droit, Aude Mirkovic décortique ces enjeux juridiques en prenant en compte la bioéthique, discipline essentielle pour les juristes d’aujourd’hui.

  • Bourges (Béatrice), L’homoparentalité en question : Et l’enfant dans tout ça ?, Le Rochercoll. « Documents »,‎ 2008

Cinq ans avant la loi Taubira, un ouvrage d’avant-garde exposant le besoin fondamental de chaque enfant d’avoir un père et une mère.

  • Bourges (Béatrice), Mirkovic (Aude) et Montfort (Elisabeth), De la théorie du genre au mariage de même sexe… : L’effet dominos, Peuple Libre, 2013

En quelques années, notre ordre juridique est passé de l’évidence de la définition de la famille comme union d’un homme et d’une femme en vue de la procréation, au bouleversement du « mariage gay ». Ces changements radicaux sont le produit d’une lame de fond, nourrie par l’idéologie du Gender.

  • Stainville (Raphaël) et Trémolet de Villers (Vincent), Et la France se réveilla, éd. Du Toucan, 2013

Écrit à deux mains par des jeunes journalistes, le meilleur ouvrage pour comprendre les tenants et aboutissants de La Manif pour Tous et des diverses initiatives de défense de la famille en 2013. Des combats, des échecs et des promesses de victoires à venir, à méditer.

  • Letty (Eric) et Prémare (Guillaume, de), Résistance au meilleur des mondes, Pierre Guillaume de Roux, 2015

À bien des égards, le roman d’anticipation d’Aldous Huxkey, Le meilleur des mondes (1932) semble être en voie de réalisation : destruction de l’ordre naturel, décomposition des familles et des communautés naturelles au profit d’un État mondial… Cette déconstruction progressiste appelle une résistance, dont le moment fondateur est sans doute l’année 2013, celle des manifs pour tous.

  • Le Méné (Jean-Marie), Les premières victimes du transhumanisme, Pierre-Guillaume de Roux,‎ 2016

Président de la Fondation Jérôme Lejeune, Jean-Marie Le Méné met en garde contre la menace terrible d’une marchandisation de l’être humain et dénonce avec force l’eugénisme pratiqué dans nos sociétés occidentales.

  • Fontaine (Rémi), Le livre noir de la culture de mort, éd. Contretemps, 2008

« Tu ne tueras pas ! ». Issu du Décalogue, le commandement était, jusqu’à une époque récente, partagé par tous, croyants ou non. Comment se fait-il qu’en matière de drogues, de destruction de la famille ou de non-respect de la vie humaine, nos sociétés acceptent aujourd’hui ce qui était hier réprouvé par la morale commune ? Rémi Fontaine revient sur cet engrenage macabre.

  • Sévillia (Jean), Moralement correct, Perrin, 2007

Individualisme, perte d’autorité, religion de la repentance, culte de la différence et idéologie de la transgression : voici les nouveaux totems d’un Occident déboussolé. Chronique d’une crise culturelle qui appellera un retour à la morale la plus élémentaire pour relever nos nations.

Restaurer la souveraineté, les frontières et endiguer l’immigration massive

  • Villiers (Philippe, de), Notre Europe sans Maastricht, Albin Michel, 1992

Le combat de Philippe de Villiers contre le nouveau traité de Troyes, aliénant la souveraineté nationale et éloignant les Français de leur destin.

  • Villiers (Philippe, de), Avant qu’il ne soit trop tard, Albin Michel, 1993
  • Villiers (Philippe, de), Vous avez aimé les farines animales, vous adorerez l’euro, Albin Michel, 2001

Un décryptage des es arnaques de la monnaie unique, avant qu’elle ne s’impose aux peuples du continent.

  • Villiers (Philippe, de), La 51e étoile du drapeau américain, Albin Michel, 2003
  • Villiers (Philippe, de), Les mosquées de Roissy, Albin Michel, 2006
  • Baudet (Thierry), Indispensables frontières, éd. Du Toucan, 2015
  • Caldwell (Christopher), Une révolution sous nos yeux : comment l’islam va transformer la France et l’Europe, éd. Du Toucan, 2014
  • Tribalat (Michèle) Assimilation : la fin du modèle français, éd. Du Toucan, 2013
  • Sorel-Sutter (Malika), Décomposition française : comment en est-on arrivé là ?, Fayard, 2015
  • Raspail (Jean), Le Camp des saints, 1973, rééd. Robert Laffont, 2011
  • Le choc des civilisations : mythes et réalités, Actes de la XIIème Université d’été de Renaissance Catholique (2003)

Rétablir la vérité face au politiquement correct

  • Villiers (Philippe, de), Dictionnaire du politiquement correct à la française, Albin Michel, 1996
  • Villiers (Philippe, de), Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, Albin Michel, 2015
  • La pensée unique, Actes de la XIVème Université d’été de Renaissance Catholique (2005)
  • Zemmour (Eric), Le suicide français, Albin Michel, 2014
  • Sévillia (Jean), Le terrorisme intellectuel, Tempus, 2004
  • Sévillia (Jean), Historiquement correct, Tempus, 2014
  • Le Gallou (Jean-Yves), La tyrannie médiatique, Via Romana, 2013
  • Le Gallou (Jean-Yves) , Nouveau dictionnaire de novlangue, Polémia, 2013
  • Rouvillois (Frédéric), Être (ou ne pas être) républicain, Cerf, 2015
  • Le livre noir de mai 68 (collectif), Renaissance Catholique, 2008

S’appuyer sur les monuments de la pensée politique

  • Aristote, La Politique
  • Cicéron, De republica
  • Saint Thomas d’Aquin, Petite somme politique, Téqui, 1997
  • Bodin (Jean), Les six livres de la république, 1576
  • Richelieu (Cardinal, de), Testament politique, 1688
  • Burke (Edmund), Réflexions sur la Révolution de France, 1790
  • Maurras (Charles, Mes idées politiques, 1937
  • Ousset (Jean), Pour qu’Il règne, 1986
  • Weil (Simone), L’enracinement, NRF, 1949
  • Weil (Simone), Note sur la suppression générale des partis politiques, 1959, rééd. L’Herne, 2014

 

Décrypter le monde avec réalisme

Chronique du choc des civilisations

  • Bainville (Jacques), Les conséquences politiques de la paix, 1920
  • Chauprade (Aymeric), Chronique du choc des civilisations, Ed. Chronique, 2015
  • Chauprade (Aymeric), Géopolitique : constantes et changements dans l’Histoire, Ellipses, 2007
  • Del Valle (Alexandre) et Kassis (Randa), Le chaos syrien, Dhow éditions, 2014
  • Del Valle (Alexandre), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd’hui ? La nouvelle christianophobie, Maxima Laurent du Mesnil, 2011
  • Fromager (Marc), Guerres, pétrole et radicalisme : les Chrétiens d’Orient pris en étau, Salvator, 2015
  • Mirkovic (Nikola), Le martyre du Kosovo, Jean Picollec, 2013
  • Eltchaninoff (Michel), Dans la tête de Vladimir Poutine, Solin/Actes Sud, 2015
  • Blot (Ivan), La Russie de Poutine, B. Giovanageli, 2016

 Ces conseils vous ont-ils plu ?

Si vous souhaitez nous aider dans notre combat, n’hésitez pas à nous financer.

Envoyez vos dons à l’adresse : (chèques libellés à : ANF-MPF-Les Jeunes Pour la France)

Les Jeunes Pour la France

33 avenue de Ségur

75007 PARIS