« La France retrouvera son chemin le jour où elle retrouvera son âme ». Entretien de Philippe de Villiers au R&N

Philippe de Villiers a répondu, ce lundi, aux questions des journalistes de la gazette-en-ligne catholique Le Rouge & le NoirEn voici quelques extraits :

Le Rouge & le Noir : Votre ouvrage à succès, Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, s’achève par une exhortation à la dissidence et la contemplation de « lucioles » éclairant les ténèbres de notre époque. Quelles lucioles pouvons-nous allumer ? Quelles sont les clefs pour qu’émerge véritablement, aujourd’hui, cette génération résistante et dissidente ?

Philippe de Villiers : Je crois que le corps ne réagit que quand il est agressé, et il y actuellement une double agression morale et spirituelle.

La première agression, c’est le laïcisme. On nous explique en gros que pour éviter que nous ayons le muezzin demain, on va faire taire les cloches aujourd’hui. Par exemple, il y a une député socialiste, Sylviane Bulteau, qui a écrit au ministre de la Défense en disant « c’est scandaleux, il y avait au Puy du Fou des cyrards qui ont chanté un chant religieux ». Le chant religieux, c’était Heureux ceux qui sont morts de Charles Péguy. Il y a un journaliste du Nouvel Observateur qui s’appelle François Reynaert qui a dit « ils ont chanté Péguy ». Ce n’est pas laïc, ce n’est pas neutre, ce n’est pas tout ce que vous voulez… Voilà. Donc, au nom du laïcisme, on est en train d’éradiquer toute forme de signe chrétien. Il y a un moment donné où « le petit reste » comme on dit, va se révolter, ce n’est pas possible, et la nouvelle génération des prêtres d’ailleurs – des nouveaux prêtres comme dirait Michel de Saint-Pierre, mais ce n’est pas du tout ceux dont il a parlé – la génération des nouveaux prêtres n’acceptera pas ça longtemps. Donc on ne peut pas accepter le laïcisme en France. Pourquoi ? Parce qu’il faut accorder à la France la prééminence du christianisme sur toute autre religion, parce que la France est historiquement une terre chrétienne.

La deuxième agression, c’est l’islam. L’islamisation est galopante, les hommes politiques l’accompagnent. Lundi, Monsieur Valls a dit, face à la radicalisation, il faut, je cite, “un islam fort”. A chaque fois qu’il y a un attentat, on cherche « les islamophobes » pour les culpabiliser. Il y a un moment donné où les Français n’accepteront plus cela. Et donc l’islamisation de la France va provoquer un phénomène de résistance. On n’y est pas pour l’instant. Tout le monde se terre, tout le monde se tapit. On a peur parce qu’il y a une judiciarisation des pensées et des arrière-pensées, mais le temps va venir où le laïcisme d’un coté et l’islamisation de l’autre vont réveiller la France chrétienne.

R&N : Pensez-vous que ce réveil arrivera avant que les choses n’empirent trop ? Avant qu’il ne soit trop tard ?

Philippe de Villiers : Il n’est jamais trop tard en France. C’est toujours quand il est trop tard que la France se réveille. Et j’en veux pour preuve la situation de Jeanne quand elle a tiré les rois à 12 ans. Elle a entendu son père lui dire : il y a deux papes et il y a trois rois, c’est le désordre partout. Le père disait à ses enfants : c’est la fin. Il ne faut pas oublier qu’il y avait Isabeau de Bavière qui avait vendu le royaume à l’Angleterre avec le fameux traité de Troyes qui est une sorte de traité de Maastricht avant l’heure.

Aujourd’hui, les autorités politiques, spirituelles, morales sont toutes orientées vers « l’Accueil de l’Autre » et le Vivre-Ensemble, c’est à dire en fait la fin de l’Europe, la fin de l’Europe chrétienne. Pour être chrétien aujourd’hui il faut « faire rentrer des migrants ». Ce qui veut dire « faire rentrer l’islam ». Ce sont des inconscients. Ils se trompent. Aujourd’hui, la première des charités, c’est de fixer là où ils sont ceux qui ne doivent pas être des migrants, parce que ce n’est pas faire leur bonheur que de les déraciner. On leur vend du rêve et le rêve se termine par un cauchemar. Parmi les migrants, évidemment, il y a les terroristes dissimulés. Donc la première de toutes les charités, c’est l’enracinement. Et la deuxième charité, c’est de se préoccuper de son voisin, et de se préoccuper de sa famille. Il y a une famille qui est la famille des familles et qui s’appelle la nation. Les chrétiens vont bientôt le redécouvrir, on doit pouvoir être à la fois chrétien et patriote. C’est interdit aujourd’hui par la plupart des évêques et par le pape. Ils sont sur une autre planète mais ils vont bientôt atterrir, parce que cette Europe qu’ils ont construite, l’Europe du Vatican, l’Europe de Jean Monnet et de Robert Schuman, elle est dans le mur. C’est fini. C’est une Europe qui a conduit à l’échec, à la déculturation, à la désintégration des nations et des peuples, et donc il faut construire autre chose maintenant. C’est une Europe qui est complètement soumise aux États-Unis. Le fameux « Traité Transatlantique » à venir est une horreur. Et d’où vient le LGBT ? D’où vient le mariage homosexuel ? C’est Apple, ce sont les grandes firmes américaines, c’est l’américanisation du monde. C’est ça que l’on est en train de vivre. Ouvrons les yeux, c’est ce que je raconte dans mon livre, Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, et donc plus que jamais, revenons à notre Jeanne.

Je pense que l’anneau de Jeanne va ouvrir les yeux à beaucoup de Français qui aujourd’hui hélas sont dans le coton. Nous sommes au début d’une guerre, c’est une guerre sur notre territoire, c’est la guerre parce que l’islam nous fait la guerre. Et je ne leur en veux même pas parce que c’est dans le Coran, ils appliquent le Coran, c’est une lecture littérale du Coran. Dans le Coran, il est dit : il y a le Dar-al-islam, où est la paix, c’est à dire là où ils sont, en Orient, où ils éradiquent les derniers lambeaux de christianisme, ce qu’ils appellent les Nazaréens. Et puis il y a le Dar-el-harb, qui est le territoire de la guerre, là où il faut porter le djihad parce que le monde entier doit se soumettre à Allah. C’est dans le Coran. Et ils appliquent le Coran. Et face à des gens qui appliquent le Coran, on a des inconscients et des collabos de toutes sortes, comme toujours, ce que l’on appelle aujourd’hui, ce que les islamistes appellent des dhimmis, et les dhimmis, sont condamnés à la dhimmitude, Houellebecq avait raison, il a sorti son livre, Soumission, le jour des attentats de Charlie Hebdo.

R&N : Alors que vous êtes retiré de la course électorale, votre position politique est néanmoins très forte à droite, où vous êtes écouté. Entre un FN « ni droite-ni gauche » et des Républicains très timorés, une droite orpheline et populaire se presse dans les librairies et à vos conférences. Comptez-vous jouer un rôle de « père spirituel » de cette « droite hors les murs » afin de guider les Français désireux de servir le pays, à l’approche de 2017 et ensuite ?

Philippe de Villiers : Je vais vous dire ce que j’ai vécu : depuis 30 ans j’ai dit des choses, j’ai prévenu, et on s’est moqué de moi. Des braves gens, des bons chrétiens qui m’ont dit « oui mais, quand même, on a Giscard », « oui mais, quand même, Chirac », « oui mais, quand même, Sarkozy », et maintenant ils disent « Fillon ». Ils ne savent pas qui sont ces gens-là. Ils ont cru à Maastricht, ils ont cru au mondialisme, ils ont cru à l’européisme, bon. Et là ils croient encore, ils vont croire à Juppé.

Mon maitre qui était l’abbé Bonnenfant, mon professeur de français, me disait toujours “oh je sais très bien que tu ne m’écoutes pas et que tu n’écoutes pas tes profs ; de toute façon, il n’y a qu’un seul maitre que tu écouteras dans la vie mon petit, c’est « le principe de réalité »”. Je ne savais alors pas ce que ça voulait dire, et j’ai mis du temps à comprendre ce qu’est le principe de réalité. En fait, le pays ne pourra se redresser que lorsque les « gens biens » seront débarrassés de leur candeur

Vous savez, le déracinement déracine tout sauf le besoin d’enracinement. Parce que quand ça va trop loin, il y a un instinct, même pour les animaux il y a un instinct de survie et encore une fois, quand un corps social est agressé, à moins d’être complètement avachi, chloroformé, il réagit. S’il ne réagit plus, effectivement, c’est la mort. Or le corps social français n’est pas mort. Tant que les Français aimeront leur histoire. Vous vous rendez-compte qu’il y a deux millions de Français qui viennent au Puy du Fou chaque année ! Qui l’eût cru ? Qu’est ce qui les attire ? Il n’y a pas de manèges, pas de montagnes russes, on n’y vient pas pour se chatouiller les tripes, ce n’est pas la Disneycratie. René Monory, créateur du Futuroscope, m’avait dit un jour “toi, tu vas te planter avec l’histoire, l’histoire ça emmerde tout le monde, on ne l’enseigne même plus dans les écoles” et je lui avais dit “et toi, tu connais la phrase de Boris Vian ? La mode c’est ce qui démode, tu verras le futur ce que ça donnera”. Les OGM, Fukushima, … on y est. Le futur n’intéresse plus les gens parce que le futur fait peur. On voit bien ce qu’est le futur pour nous. Par contre le passé, le patrimoine, les grandeurs déchues que l’on voudrait retrouver, … C’est ça l’avenir : retrouver un peu de nos espérances pour qu’elles redeviennent nos espérances. Je pense que la France retrouvera son chemin le jour où elle retrouvera son âme. Comme l’Europe. Et le jour où il y a aura des héros et des saints, qui seront des martyrs, pour une nouvelle génération, où chacun saura forger l’anneau de sa mémoire.

Retrouvez ici l’intégralité de l’entretien sur Le Rouge & le Noir.